L’e-commerce et le PGC : un marché en pleine expansion

4 août 2017 - 2 minutes read
,

Les chiffres de l’étude Kantar Worldpanel sont tombés : la vente sur le web des produits de grande consommation (PGC) a progressé de 26 % en 2016 (par rapport à 2015).

Quelles sont les infos à retenir ? Nous vous disons tout.

Quelques chiffres qui montrent que le marché du e-commerce est en bonne santé

Au niveau mondial, la Corée du Sud est en tête tandis que la France n’arrive qu’en 5e position du classement avec 5,5 % de part de marché en 2016 (5,1 % en 2015).

Ceci dit, en France, nous voyons une progression du e-commerce des PGC à deux chiffres (20 % en valeur) tandis le libre-service a tendance à stagner (+0,8 %).

Plus intéressant encore : en France, le pourcentage de pénétration de l’e-commerce est seulement de 26,2 % en 2016 (24,6 % en 2015). Cela signifie que seulement un quart des ménages français ont fait un achat en ligne au cours de cette période.

Concernant la fréquence d’achat en France, en 2016, l’étude nous indique que les ménages français ont acheté en moyenne sur internet 9,8 fois (9,3 en 2015).

Finalement, la valeur du panier moyen en France est 2 fois supérieure online qu’offline. À noter : elle subit une légère baisse pour atteindre 68,6 $ en 2016 (contre 71,2 $ en 2015).

Les raisons de cette augmentation

D’après les avis des experts, les achats en ligne attirent les consommateurs parce qu’ils sont pratiques.

Ainsi, en France, l’e-commerce pour les PGC repose avant tout sur le concept du drive : achat sur internet et récupération en magasin.

Ceci dit, gageons que le service Amazon Prime Now du géant du secteur va venir bouleverser la donne. En effet, son concept de livrer à domicile gratuitement et sous 2h des produits du quotidien est une innovation qui risque de mettre à mal les grandes surfaces alimentaires.

À noter : d’après l’avis des spécialistes, les distributeurs ont tout intérêt à se lancer rapidement dans la vente en ligne. Car, même si la vente sur internet peut cannibaliser la vente en magasin, les premiers entrants ont de plus grandes chances de récupérer des parts de marché importantes par rapport à ceux qui arrivent tardivement.